dimanche 18 juin 2017

"Irregular war, conflict at the world's end" 2/2

Deuxième partie dystopique avec la règle "Irregular war". Le commandant hollandais Van Leeveld poursuit son avancée après sa première et grande victoire (ici) contre la Confédération mexica (Aztèques). Les alliés mayas du grand général  Frantzacklan ont abandonné les bataves, la turpitude occidentale et les épidémies ont réduit à néant l'allant guerrier de son armée!.


Ayant traversé l'Océan Pacifique, Bataves, esclaves "libérés" du joug portugais et irréguliers malais 
forment une armée aguerrie et déterminée ...



... dont les bretteurs, les arquebusiers et les piquiers néerlandais constituent l'élite conquérante. 




Le commandant hollandais Van Leeveld a cependant besoin de contingents indigènes afin de contrer l'importante armée aztèque. Il trouve de nouveaux renforts dans la nation chinantèque.


Le corps d'armée chinantèque du roi Patricoxacan couvre la gauche de Van Leeveld. Archers, frondeurs et guerriers occupent le village et ses abords tandis que les "piquiers" forment pivot entre le village et les bataves du centre et de la droite du dispositif.  



Voici la droite batavo-chinantèque.


Contrairement à la première bataille, les lignes des armées ne sont que peu perturbées par les défections, le soif et les maladies. Les généraux peuvent donc élaborer des plans de batailles relativement cohérents.


Le corps aztèque de Françoitalpan se porte sur le village




Les régiments d'élite "cuauhtlocelotl" constitués de chevaliers aigles "cuāuhpipiltin" et de chevaliers jaguars alternent avec des unités d'otomis, d'archers chichimèques, de lanceurs d'atl-atl et de guerriers menés par des grands prêtres et des généraux enthousiastes.




  
Après quelques petites manœuvres tactiques destinées à bien commander la quasi totalité de l'armée, l'armée aztèque avance résolument tout en ayant des difficultés à porter vers l'avant les régiments de l’extrême gauche.


L'autel encore sanglant porte les stigmates des derniers sacrifices.

La mousqueterie hollandaise s'avère assez efficace


Le commandant Sylvocteczuma oriente l'effort principal
sur la droite adverse en ciblant le général hollandais (photo ci-dessus).


 Au centre, les Aztèques se trouvent en bien mauvaise posture, après une résistance honorable le centre finit par fléchir et disparaître sous les coups répétés des piquiers et des hallebardiers hollandais soutenus par les "phalanges" chinantèques...


Le général mexica succombe sous le feu des arquebuses, l'affaire s'annonce mal!


Le village est pris par les Aztèques mais le général Françoitalpan coupé du corps de son frère d'arme Sylvocteczuma  doit faire face aux redoutables piquiers mésoaméricains de Patricoxacan .


Les combats sont terribles entre les piques d'obsidiennes et les macuahuitl.
Le désespoir s'abat sur l'armée mexica, les dieux abandonnent-ils à nouveau les cités du lac Texcoco?


Le centre batave pivote à droite afin de porter l'estocade et de sauver le fougueux Van Leeveld.


La bannière claque au vent, les arquebuses sont chargées, la victoire est proche...


... mais le général batave succombe et la panique gagne les rangs hollandais.

Huitzilopochtli ressuscite les espoirs aztèques.  


Les dieux et les combattants aztèques peuvent afficher les visages résolus 
de la résistance et de la victoire.

Cliquer pour découvrir le splendide travail de Jaime GARCIA MENDOZA
Merci à Lee, Patrick et François pour cette partie pleine de rebondissements.

Luqiquement

*****

dimanche 4 juin 2017

Pulp amazonien, une source d'inspiration : L'Oreille cassée.

Des contreforts andins jusqu'au cœur de la forêt amazonienne, 
l'univers d'Hergé est une source d'inspiration:


Voici mes nouvelles figurines 28mm ainsi qu'une reproduction plastique de la statuette arumbaya inspirée d'une statue chimu.

Pour en savoir plus, cliquer

L'Oreille cassée, toutes les planches originales, cliquer

Fétiche arumbaya








Intrusion reptilienne











Au cours de l'histoire, Tintin fait la connaissance, dans une forêt d'Amérique du Sud, de l'explorateur Ridgewell, disparu depuis plus de dix ans et que tout le monde croit mort ; alors que ce dernier, appelé « Le vieillard blanc », est devenu membre de la tribu des Arumbayas. On peut y voir une analogie avec le véritable explorateur britannique Percy Fawcett (né en 1867, ami de Sir Arthur Conan Doyle, qui situera en Amazonie le cadre de son roman Le Monde perdu, et probablement mort en 1925 à la recherche de la cité perdue, la légendaire « Z »).

THE LOST CITY OF Z





Ludiquement

*****

dimanche 14 mai 2017

Capelobo, le tamanoir géant de la forêt amazonienne - Capelobo, the amazonian giant anteater .

Il n'est pas évident de trouver des personnages 28mm à intégrer dans une armée amazonienne. Les guerriers et archers seront le la gamme High adventures - Lost worlds de Copplestone Casting, le grand fourmilier quant à lui est produit par Paymaster Games. 
Outre ses qualités au combat, il dirigera certainement des colonnes de fourmis rouges et noires sur les tables de jeu de Battlelore Mythologie.

Voici quelques rares photographies du futur héros de la forêt amazonienne.












Le grand tamanoir du Parc zoologique de Paris, cliquer










Je cherche une idée pour incarner une divinité puissante su style "Esprit de la forêt", une sorte de dieu panthéiste capable de faire front aux dieux adverses. J'ai pensé à un grand puma (54mm?). Si vous avez des propositions, je suis preneur. Merci.

A bientôt

Ludiquement

******